mercredi 24 mai 2017

La petite herboristerie de Montmartre ; Donatella RIZATTI.

Édition : Charleston.
Prix : 22,50 €
Sortie : 09/05/2017
Pages : 464

La petite herboristerie de Montmartre
Donatella RIZZATI.



Résumé.

Paris, novembre 2004.

Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d'une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit magique et de sa propriétaire, Gisèle, la jeune étudiante est confortée dans son choix d'étudier la médecine alternative, choix que n'a hélas pas accepté sa famille. 
Son diplôme en poche, Viola retourne à Rome et rencontre l'amour en la personne de Michel. S'ensuivent six ans de bonheur, qui volent en éclat quand Michel décède brutalement d'un arrêt cardiaque. Bouleversée, anéantie, Viola se sent basculer. 

Au plus fort de la tourmente, une idée lui traverse soudain l'esprit : et si elle retournait à Paris, là où tout a commencé ?















Je remercie les éditions Charleston pour m'avoir fait découvrir ce livre en avant-première. Mon aventure en tant que Lectrice Charleston 2017 est incroyable.

« La petite herboristerie de Montmartre » met en scène Viola, une femme italienne qui vient de perdre son mari. Désespérée et perdue, elle décide de partir à Paris retrouver Gisèle, une vieille femme qui tient une herboristerie à Montmartre. Elle l’avait rencontré par hasard lorsqu’elle faisait ses études de naturopathie en France et elle est devenue depuis sa mère de coeur.
Va-t-elle réussir à redonner un équilibre à sa vie à Paris ?

Ce livre est une belle surprise.
Je suis littéralement tombée amoureuse de l’ambiance romantique qui se dégage de ce texte. C’est une histoire remplie de sentiments et de ressentiments, de leçons de vie, de nostalgie, d’amour et de rancoeur. Donatella RIZZATI dépeint chaque sentiment avec une extrême facilité et avec beaucoup de justesse. Elle touche directement notre coeur de lecteur et j’ai été littéralement transportée dans son univers. 

L’histoire se passe entre Paris et l’Italie, même si la plus grande partie de l’histoire se passe dans notre belle capitale parisienne. Il y a beaucoup de passages dans lesquels Viola se promène de ruelles en ruelles et de parcs en places. A travers ces instants, on sent vraiment tout l’amour que l’auteur porte à Paris. Je ne sais pas si elle y a vécu ou si elle a déjà eu l’occasion de la visiter, mais dans tous les cas on sent que c’est une ville qu’elle porte dans son coeur.

Des thématiques difficiles sont abordées. La mort, la maladie, le deuil, la perte de confiance, l’abandon, l’amour, la trahison, nos personnages sont en quelque sorte des écorchés de la vie qui ont tous comme point d’ancrage Gisèle, cette bonne vieille femme qui a le coeur sur la main. 
Ce récit est également porté par des sujets plus culturels puisque la naturopathie, le reiki, l’iridologie sont mis en avant. On apprend beaucoup de choses vis-à-vis de ces sujets et j’ai trouvé que c’était très intéressant. L’iridologie est d’ailleurs le thème qui ressort le plus, car en plus d’être la science favorite du défunt mari de Viola, l’auteur met en avant dans tout son texte la vision. Beaucoup de passages clés de son histoire mettent en valeur des passages où la vue joue un rôle très important.
Enfin, à chaque chapitre décisif, on retrouve à la fin des petites fiches avec de vraies recettes de tisanes et de cosmétiques à faire soi-même, mais aussi des petits passages explicatifs sur l’iridologie et le reiki. J’ai beaucoup apprécié ces petits apartés qui nous permettent de souffler un peu dans notre lecture. Malheureusement, parfois, c’est compliqué de tout comprendre car certaines fiches sont écrites avec des termes scientifiques bien précis, sans aucune explication pour les personnes novices comme moi.

Par contre, j’ai trouvé les personnages en demi-teinte.
Tels quels, enlevés de toute scène ou action, je les trouve un peu fades et agaçants, contradictoires et souvent avec un comportement enfantin. Mais parfois, leurs imperfections donnent naissances à des scènes d’une incroyable beauté. Je retiens surtout la scène lorsque Romain cuisine pour Viola, en comparant la cuisine et la séduction. Cet instant est tout simplement magique et parfait, et même si Romain est un personnage qui m’a souvent énervée, je suis tombée amoureuse de lui à cet instant.

Quant à la fin, elle me plait bien. 
Elle est pleine de surprises ( certaines que l’on voit venir, d’autres non ), lumineuse et toute en sensibilité. Elle m’a pleinement comblée et m’a fait terminer cette lecture avec le sourire aux lèvres.




En conclusion, « La petite herboristerie de Montmartre » est un livre feel-good comme on les aime. Donatella RIZZATI nous plonge dans un Paris romantique à souhait, avec des personnages imparfaits, mais qui dépeignent la réalité telle qu’elle est : belle et douce, mais aussi cruelle.
J’ai été vraiment touchée par cette histoire de vie, par les messages véhiculés par l’auteur et même si ce n’est pas un coup de coeur, c’est une histoire qui a réussi à me faire du bien.






Un livre à lire si vous cherchez un roman feel-good pour passer un bon moment de lecture, toute en émotions.









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...