lundi 19 juin 2017

Lucia, Lucia ; Adriana TRIGIANI.

Édition : Charleston.
Prix : 21 €
Sortie : 07/06/2017
Pages : 304

Lucia, Lucia
Adriana TRIGIANI.



Résumé.

New York, 1950

À vingt-cinq ans, Lucia Sartori est certainement la plus jolie fille du quartier. L'après-guerre a ouvert de nombreuses possibilités aux jeunes femmes ambitieuses, et Lucia vient de commencer comme apprentie couturière au très chic grand magasin B. Altman sur la 5e Avenue. Son père, qui a brillamment réussi dans les affaires et tient l'épicerie fine italienne la plus réputée, l'a toujours encouragée dans ses ambitions, mais les traditions sont tenaces…

Fiancée à son amour d'enfant, l'inébranlable Dante DeMartino, Lucia est déchirée lorsqu'elle rencontre un bel inconnu qui lui promet une vie de luxe dans les beaux quartiers, une vie comme elle n'en lit que dans les magazines. Forcée de choisir entre sa famille et ses rêves, Lucia se retrouve au centre d'un scandale qui révélera des secrets enfouis. L'honneur des Sartori est en jeu…















Merci aux éditions Charleston pour cette nouvelle lecture dans le cadre de l’opération Lectrice Charleston 2017 !

« Lucia Lucia » nous présente l’histoire d’une vie, celle de Lucia, une jeune femme de 25 ans vivant dans les années 50 à New-York. Sa famille est d’origine italienne et elle vit toujours avec ses parents et ses grands frères dans la maison familiale. Alors que sa famille est très traditionnelle, Lucia est plutôt une femme moderne : elle travaille pour être indépendante financièrement et ne jamais devoir dépendre d’un homme. C’est ainsi qu’elle fait carrière en tant que couturière dans un magasin de luxe reconnu.
Alors qu’elle est fiancée à un homme d’origine italienne de son quartier, Lucia décide de rompre ses fiançailles car elle ne se voit pas vivre une vie de famille dans le sens le plus traditionnel qu’il soit. De plus, il ne lui donne pas des papillons dans le ventre, contrairement à ce mystérieux John Talbot..

Ce livre s’inscrit vraiment dans la ligne éditoriale des éditions Charleston.
Lucia est une héroïne moderne et forte pour son époque. Alors que sa famille est très traditionnelle et que la place de la femme n’est pas ce qu’elle est aujourd’hui, Lucia va se faire un nom dans le milieu du travail et se faire respecter. Pour elle, hors de question de dépendre financièrement de qui que ce soit. 
Pourtant, elle avait tout pour être une héroïne passive et stéréotypée. Elle vit encore chez ses parents, à plusieurs grands frères très protecteurs et elle est extrêmement belle. De voir qu’elle ne choisit pas la voie de la facilité et qu’elle préfère se battre donne du caractère à ce personnage, mais aussi à l’histoire.

Lucia travaille comme couturière dans un magasin de vêtements sur mesure de luxe. C’est un sujet très intéressant car c’est un métier ancien qui fait toujours rêver et qui reste malgré tout secret puisque pas tout le monde ne travaille dans ce domaine. 
Malheureusement, il y a beaucoup de descriptions sur les différents tissus et accessoires, tellement que cela alourdit certains passages. Il est vrai que c’est important de mettre en avant le tissu, cette matière, ainsi que les vêtements, mais parfois les descriptions étaient si longues que l’on en oubliait l’histoire. Ca plaira malgré tout à certains, mais je fais partie des lecteurs qui n’aiment pas les descriptions à rallonge.

Dans « Lucia, Lucia », l’auteur aborde beaucoup de thèmes différents. Le mariage, les traditions familiales, l’amour, l’amitié et le sens du travail. Il y a aussi le changement d’époque, entre le début des années 1900 et la fin du vingtième siècle. 
Beaucoup de choses changent, tant au niveau de la façon de consommer que de vivre. Les valeurs ne sont plus les mêmes, les personnes n’attendent plus les mêmes choses. Cela est parfaitement retranscrit avec la confrontation entre les vêtements faits sur mesure et le prêt-à-porter. Ces oppositions nous apportent une belle vision de tous les grands changements qui se sont opérés pendant ces dernières dizaines d’années, des transformations que l’on a pu vivre de près ou de loin. 
Le parallèle est aussi bien emmené avec le fait que c’est la Lucia âgée qui raconte son histoire à une jeune femme. Nous suivons donc entre passé et présent son histoire et découvrons les secrets de la veille Lucia qui est si mystérieuse aux yeux de sa voisine. 

La fin est quant à elle un peu frustrante. 
J’ai trouvé que l’auteur arrêtait trop rapidement l’histoire du passé de Lucia. J’aurais apprécié en apprendre plus sur les choix qu’elle a fait et la suivre un peu plus longtemps. 
De même, le retour dans le présent est trop rapide. On ressent vraiment un goût de trop peu et c’est à mon sens le point faible de cette histoire.




En conclusion, « Lucia, Lucia » est un roman agréable. Adriana TRIGIANI nous présente une histoire qui touchera toutes les générations grâce à son opposition entre passé et présent. Lucia est une héroïne forte et indépendante qui porte haut et fort les valeurs des éditions Charleston. Cependant, ce récit aurait mérité d’être un peu plus développé, notamment sur le final, pour que l’on puisse être amplement satisfait.








Un roman à lire et à partager avec toutes les femmes que vous aimez.













Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




samedi 17 juin 2017

Coup de foudre à Manhattan, tome 1 : Nuit blanche à Manhattan ; Sarah MORGAN.

Édition : Harlequin
          Collection &H.
Prix : 14,90 €
Sortie : 01/03/2017
Pages : 486

Coup de foudre à Manhattan, tome 1 :
Nuit blanche à Manhattan
Sarah MORGAN.



Résumé.


Un nouveau projet, une nouvelle vie, et le ciel de Manhattan pour seule limite. 

Même si l’entreprise d’événementiel qu’elle vient de lancer avec ses deux meilleures amies est encore au point mort, Paige veut y croire. Mieux, elle a un plan : ne plus jamais laisser la peur de l’échec la paralyser, manger sainement et se tenir aussi loin que possible de Jake Romano – mieux  connu sous le nom de « Celui qui lui brisa le cœur ». 

A partir d’aujourd’hui, Paige ne pense plus au passé, seulement à l’avenir. Sauf que, dès sa première commande, son passé et son avenir se télescopent violemment. 
















Avant de commencer, je tiens à remercier Babelio car c’est grâce à l’une de leurs masses critiques que j’ai eu l’occasion de lire ce livre. Je remercie également les éditions Harlequin et la collection &H pour l’envoi.

« Nuit blanche à Manhattan » est le premier tome de la nouvelle série de Sarah MORGAN : « Coup de foudre à Manhattan ». Cette saga va mettre en avant un trio de femmes et chacune aura son propre tome. 
Dans celui-ci, nous rencontrons donc Paige. Elle travaille dans une société spécialisée dans l’événementiel et habite dans le même petit immeuble que ses deux meilleures amies, Frankie et Eva. Elles travaillent également dans la même entreprise et viennent toutes les trois du même petit village. Elles ont partagé leur passé ensemble, vivent le présent soudées et voient le futur à trois.
Sauf que cet équilibre si parfait s’effondre lorsqu’elles se font virer de leur travail. L’incompréhension, la colère et la tristesse sont leurs mots d’ordre, jusqu’au jour où Jake, le meilleur ami du frère de Paige, vient mettre son grain de sel : pourquoi Paige ne lancerait-elle pas sa propre entreprise ?
Motivée comme jamais, elle va se lancer dans ce plan ambitieux. Cependant, elle va devoir être obligée de voir plus souvent Jake, ce chef d’entreprise sexy qui est son premier amour.. Mais aussi son premier gros chagrin.

J’ai déjà lu un livre de Sarah MORGAN, le premier tome de sa série « Les frères O’Neil » que j’avais adoré. C’était une romance tendre, belle et tellement simple. 
Ici, avec cette lecture, je retrouve tous les éléments que j’avais déjà adorés avant. 

« Nuit blanche à Manhattan » est une romance comme on les aime.
Sarah MORGAN nous offre dans son livre une histoire d’amour simple à lire, à comprendre, à ressentir les sentiments par lesquels vont passer les personnages.
Toute cette sensibilité est bien mise en valeur par les protagonistes qui sont vraiment attachants.
Paige est une femme drôle, pleine de charme, intelligente et surtout très courageuse. On se prend d’affection très rapidement pour elle et plus la lecture avance, plus nous en savons sur son passé, et plus nous l’aimons.
Jake est quant à lui un homme comme beaucoup de femmes en rêveraient. Il est fort, il sait ce qu’il veut, a réussi dans la vie alors qu’elle ne lui avait pas donné les meilleures cartes. Il est sexy et très protecteur avec les personnes qu’il aime. Croyez-moi : plus d’une fois vous allez fondre devant lui.
Le fait qu’ils partagent un passé ensemble les rapproche et les sépare à la fois. Ils ont des secrets communs qu’ils cachent aux autres et, pour ma part, j’ai trouvé que cela rendait leur relation touchante.
De plus, Sarah MORGAN a vraiment un don pour développer ses romances, tout en douceur et en finesse. On passe par beaucoup d’émotions avant d’arriver aux points culminants de la relation et de développer ces histoires d’amour avec cette patiente-là rend le lecteur accro.

Le point fort de ce livre est également la présence très importante d’un autre thème : l’amitié.
Le trio que forme Paige, Frankie et Eva est parfait. Elles ont chacune leurs caractères, leurs idées, leurs envies, mais ce que l’on peut dire c’est qu’elles sont des amies, des vraies. Elles sont là les unes pour les autres, quel que soit le problème et rien que pour ça, on aimerait faire parti de ce petit groupe.

En dehors de cela, l’histoire de « Nuit blanche à Manhattan » est parfois un petit peu longue, notamment au début lorsque les filles se font licencier. 
Le processus de création d’entreprise est un peu long. Le fait que les personnages ne bougent pas vraiment puisqu’elles n’ont ‘rien à faire’ rend le début de ce livre un peu ennuyant. 
Heureusement, ce détail s’envole très rapidement.

La fin est quant à elle superbe.
Pour moi, c’est l’apogée de l’histoire. Oui, c’est cliché et même les personnages en rigole. Mais au moins, ça a le mérite de nous mettre le sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux.




En conclusion, « Nuit blanche à Manhattan » est une belle surprise. Sarah MORGAN a réussi à m’envoûter de nouveau avec cette histoire d’amour remplie de tendresse, de passion et d’amitié. Presque tout est parfait : les personnages, la romance, les thèmes abordés. C’est une romance comme on les aime, dans laquelle on plonge avec une facilité déconcertante et dont on ne veut plus en sortir.







Un livre à lire si vous aimez les histoires d’amour sans chichi, mais pleines d’émotions.













Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




mercredi 14 juin 2017

Royal Saga, tome 5 : Convoite-moi ; Geneva LEE.

Édition : Hugo Roman
          Collection New Romance.
Prix : 17 €
Sortie : 08/06/2017
Pages : 323

Royal Saga, tome 5 :
Convoite-moi
Geneva LEE.



Résumé.

Pour brouiller les pistes des chacals qui veulent la peau du bel avocat Smith Price, il vire la jolie Belle Stuart, avec qui il vit une passion torride, de son cabinet, mais pas de sa vie. Belle en profite pour démarrer son grand projet entrepreunarial : Bless, une start-up de location de vêtements siglés.
Il faut toute l'amitié de Clara et Edward, l'énergie communicative de tante Jane et de Lola pour aider Belle à surmonter les montagnes russes de sa relation avec Smith tout en démarrant sa boîte, sans compter les ennuis que sa mère ne cesse de lui mettre dans les pattes.

Belle a-t-elle les reins assez solides pour supporter une histoire érotique ensorcelante avec un homme qui ne lui dit pas toute la vérité sur son passé ? Quel prix est-elle capable de payer pour se sentir libre et vivante ?















Je remercie les éditions Hugo&Cie et la collection New Romance pour ce service-presse.

« Convoite-moi » est le cinquième tome de la série « Royal Saga » et le second qui traite de l’histoire de Belle et Smith.
Nous les retrouvons donc juste après les évènements du premier tome. Smith sait que sa ‘mission’ expose Belle à des dangers mortels et cherche un moyen pour la protéger.
Cette dernière, de son côté, se lance enfin dans son grand projet de création d’entreprise : Bless. Elle ne travaille donc plus pour son petit-ami et se consacre à temps plein à sa boîte.. Quand elle n’est pas dans les bras de Smith.
Quel avenir leur est réservé ? Comment Smith va-t-il faire pour protéger sa belle ?

Le précédent tome m’avait un peu déçue. L’intrigue, en dehors de la romance, était arrivée sur le tard, mais elle était malgré tout prometteuse. Elle annonçait un futur sombre et j’étais donc impatiente de savoir ce qu’il en était.

Autant dire qu’une fois ce cinquième tome terminé, je suis encore vraiment mitigée.

Pour commencer par une note négative, j’ai directement retrouvé ce qui m’avait vraiment dérangé dans le tome précédent : les scènes de sexe à répétition. Dès les premiers chapitres, on est noyé sous ces instants sulfureux qui ne servent absolument pas à développer l’intrigue.
Alors que l’on veut des réponses et que l’on veut avancer dans l’histoire, on doit encore attendre que ces moments passent, avec beaucoup de patience.

Une fois cette étape de franchie, on entre dans le vif du sujet. 
On voit ce que décide de faire Smith pour protéger Belle et j’avoue avoir été positivement surprise. A ce moment-là, l’histoire prend un tournant inattendu et redonne un peu de souffle à l’intrigue.
Malheureusement, je n’ai pas aimé l’évolution de leur relation. J’ai trouvé qu’ils réussissaient trop facilement à trouver des solutions, à se pardonner, à surmonter les épreuves qu’ils ont traversées et les futures qui vont arriver. 
Ils passent de ‘rien’ à ‘tout’ et cela dénote trop par rapport à l’intrigue et à leurs problèmes qui, eux, se veulent sombres.

Quant à l’intrigue en elle-même, elle avance.
Nous savons enfin ce que veut faire Smith, avec qui il est allié et c’est d’ailleurs une révélation plutôt surprenante. Je l’avais douté, mais je ne m’y attendais pas vraiment non plus. 
On rencontre aussi de nouveaux personnages qui sortent tout droit du passé trouble de Smith, enlevant un peu de mystère sur le vécu de Smith.

Enfin, les derniers chapitres sont plutôt intenses. 
Beaucoup de péripéties arrivent et des personnages sont proches de la mort. 
Ce changement de rythme donne un nouveau souffle à l’histoire, me donnant envie de me plonger dans le dernier tome de cette saga, même si je suis au final pas si convaincue que cela par le récit en général.




En conclusion, le tome 5 de « Royal Saga », « Convoite-moi », est un peu en dents-de-scie. Geneva LEE alterne les passages lents et les instants plus rythmés, mais n’arrive pas à trouver le juste équilibre entre les deux pour nous tenir en haleine. Du coup, toute la partie romance devient lourde et peu captivante puisque les moments se focalisant sur les problèmes de Smith sont trop peu nombreux pour nous satisfaire.
Heureusement, les derniers chapitres relèvent un peu le niveau et donnent envie de connaître le fin mot de l’histoire.















Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...