lundi 30 novembre 2015

The Revolution of Ivy ; Amy ENGEL.

Édition : Lumen.
Prix : 15 €
Sortie : 05/11/2015
Pages : 322

The Revolution of Ivy,
Amy ENGEL.



Résumé.

Née pour trahir et faite pour tuer... sera-t-elle à la hauteur ?

J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j'aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif et raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin.
Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà e la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution ?


Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.
















C'est avec beaucoup d'impatience que j'attendais ce livre, comme beaucoup d'autres lecteurs. « The Book of Ivy » a été un énorme coup de cœur et j'espérais ressentir les mêmes émotions avec ce second opus.

« The Revolution of Ivy » se passe de suite après les événements du premier tome. Livrée à elle-même, Ivy se retrouve expulsée de Westfall. De nombreuses épreuves l'attendent. Survivra-t-elle à l'extérieur de sa ville ? Trouvera-t-elle des personnes pour l'aider à oublier tout ce qu'elle a perdu et à passer à autre chose ?

Autant le dire de suite : je suis légèrement déçue par ce livre.
J'en attendais tellement que mes attentes étaient apparemment difficiles à combler. 
Disons plutôt que l'histoire à beaucoup de mal à démarrer.

Effectivement, pendant au moins le premier tiers du livre, on s'ennuie.
Ivy est seule, cherche désespérément à survivre hors de Westfall. Autant dire que les passages sont longs et vides. Elle ressasse les mêmes choses, les mêmes peines, et alors qu'au début on compatissait pour elle, on finit vite par être lassé. Même lorsqu'elle se trouve dans un village de ‘survivants’, les tâches se succèdent et se ressemblent. Bien que la vie à l'extérieur de Westfall soit dure, elle n'est absolument pas intéressante, notamment parce qu'Ivy n'a aucun but.
Heureusement, passé cela, un ‘élément perturbateur’ débarque et les choses bougent enfin.

Mais ce qui m'a le plus déçue, c'est l'absence de ‘romance’ pendant tout le premier tiers du livre, mais aussi tous les complots qui se passent à Westfall entre les familles de Ivy et Bishop. Tous ces éléments présents dans « The book of Ivy » font que j'ai apprécié cette histoire. Or tous ces aspects sont inexistants dans cette première partie du livre. 

Dans « The Revolution of Ivy », nous retrouvons Ivy, mais totalement différente de celle que nous avons connu dans le premier tome. Ici, elle est d'abord brisée pour ensuite devenir dure, mais aussi attendrissante et passionnée. Ce personnage évolue et prend son envol. J'ai aimé son parcours, ses choix, sa réaction lorsqu'elle retrouve Bishop. Je me suis beaucoup reconnue en elle et elle m'a vraiment émue.
Que dire de Bishop ? Je suis retombée amoureuse de lui une seconde fois. Il est égal à lui-même, tel qu'on l'a connu dans « The book of Ivy », mais il nous réserve encore plein de surprises. Son comportement nous fait fondre. Il est un mélange de force et de douceur, de dureté et de tendresse. Bref, il fait désormais parti des personnages masculins que je préfère le plus dans la littérature !
Mention spéciale aux deux nouveaux personnages que j'ai adoré : Ash et Caleb. Je ne les appréciais pas vraiment au début, mais on ne peut que les aimer au final tant ils sont adorables. Plus ou moins qualifiés de 'sauvages' car ils vivent hors de Westfall, ils sont finalement bien plus humains que certaines personnes qui résident dans cette ville.

Parlons un peu de la fin, sans trop en dévoiler.
Son dénouement est dur et beau à la fois. Je ne pensais pas que Amy ENGEL réserverait ce sort à certains personnages, mais j'en suis satisfaite. 
Par contre, j'ai trouvé que le dénouement de cette histoire s'est passé trop rapidement. Les événements se sont enchaînés et l'on n'a pas vraiment le temps de réaliser ce qu'il vient de se passer que c'est déjà la fin du livre. 

Ce problème de temporalité est un peu présent dans tout le livre. Il y a beaucoup d'ellipses temporelles dans ce roman, contrairement au premier tome qui se déroule sans vraiment de ‘trous’ dans le récit. Là, des périodes d’une semaine jusqu'à plusieurs mois nous passent sous le nez. J'ai trouvé cela dommage car du coup, en tant que lecteur, on se sent moins ancré dans l'histoire, à cause de tous ces passages passés sous la trappe. Certes, ils ne devaient pas se passer des choses intéressantes, mais bon.




En conclusion, « The Revolution of Ivy » est une suite qui a du mal à démarrer, mais qui rattrape ( trop ) vite son retard. Bien qu'il soit moins bon que « The book of Ivy », cela reste une bonne lecture et une fin satisfaisante pour cette histoire. Amy ENGEL reste sans conteste un écrivain à suivre !






Un livre à lire pour les amoureux de dystopies et ceux qui veulent connaître la fin des aventures de Ivy et Bishop.









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




mardi 24 novembre 2015

Bird Box ; Josh MALERMAN.

Édition : Le Livre de Poche.
Prix : 7,30 €
Sortie : 18/11/2015
Pages : 384

Bird Box,
Josh MALERMAN.



Résumé.

La plupart des gens n'ont pas voulu y croire, les incidents se passaient loin, sans témoins…

Depuis qu'ils sont nés, les enfants de Malorie n'ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l'abri du danger, sans nom, qui s'est abattu sur le monde. 

On dit qu'un coup d'œil suffit pour perdre la raison, être pris d'une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. 

Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger ses petits. Alors, les yeux bandés, tous trois vont affronter l'extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés. Arriveront-ils à bon port, guidés seulement par l’ouïe et l’instinct ?


Un climat de tension habilement instauré, qui vous fera sursauter au moindre bruit.  

















Merci au Livre de Poche pour cette nouvelle sélection des blogueurs !

Qui n'a pas entendu parlé de « Bird Box » ? A sa sortie en grand format, ce livre n'est pas passé inaperçu ni sur les réseaux sociaux, ni dans les librairies qui le plaçaient bien en évidence dans leurs rayonnages. Son succès s'est créé autour de son côté atypique et beaucoup se sont lancés dans l'aventure de le lire. La conclusion : soit on n'aimait pas et laissait tomber cette lecture, soit on en ressortait terrifié. 
Autant vous dire que, après avoir moi aussi lu ce livre, je me trouve un peu entre les deux.

« Bird Box » met en scène une jeune femme, Malorie, qui vit dans un monde semblable au nôtre. Sauf qu'un beau jour, la Terre est envahie de phénomènes très étranges : des personnes perdent la raison et vont même jusqu'à se tuer juste après avoir vu ‘quelque chose’. Le pire dans tout cela ? C'est que ça se propage à vitesse grand V ! 
Personne ne sait comment lutter contre ces choses, personne ne sait comment s'immuniser. Il ne faut pas les ‘voir’ pour ne pas devenir fou. Tout le monde commence donc à se barricader chez soi, obstruant toutes les fenêtres, vivant reclus. 
Seulement, le mal arrive toujours à frapper à notre porte et Malorie va perdre une personne très chère à ses yeux. Seule et enceinte, elle va devoir trouver un autre refuge. 
Mais comment faire lorsque l'on ne peut pas voir, lorsque l'on ne peut pas identifier nos pires ennemis ?

Difficile de résumer ce livre tant l'histoire est complexe. 
Tout au long de « Bird Box », nous sommes ballottés entre le présent, qui met en scène Malorie et ses deux enfants quatre ans après le début de cette catastrophe, et le passé qui nous raconte comment tout a commencé et comment Malorie s'en est retrouvée là.
Ses alternances sont bien gérées et permettent de mettre le lecteur au courant de l'évolution de ce fléau, tout en nous maintenant dans la spirale angoissante du présent de Malorie. 
Plutôt que de monter la tension crescendo, l'auteur a préféré nous la jeter en pleine figure, brute et intense, et le résultat est plutôt pas mal. Nous sommes angoissés et anxieux de découvrir comment cela s'est produit, où va Malorie, qui sont ses bêtes, survivra-t-elle ?

J'ai lu pas mal de chroniques disant que l'on en ressort terrifié.
Pour ma part, le job n'a fonctionné qu'a moitié. Pourtant, j’ai été dans l’histoire de la première à la dernière page. L’histoire est prenante, mais pas angoissante du début à la fin. Certes, il y a de la tension, mais pas de l’horreur à proprement parler dans tout le livre.
Cependant, j’avoue avoir trouvé certaines scènes horribles, voir malsaines. Notamment le passage où Tom et Jules sortent pour aller voir ce qu’ils peuvent récupérer dans les maisons vides du voisinage. C’est intense, horrible et macabre. 

Parlons un peu des acteurs du livre.
Ils sont tous étranges et l’on a du mal à s’attacher à eux, exceptée Malorie. Cette femme, que l’on va suivre du commencement jusqu’à la fin de sa ‘quête’ va vivre des évènements tragiques et horribles, alors qu’elle devrait au contraire profiter du quotidien. On va voir tous les efforts qu’elle va mener, tous les sacrifices qu’elle va faire pour elle et ses deux petits et c’est réellement touchant et dur à la fois. 
Ses deux enfants, « Fille » et « Garçon », s’apparentent plus à des animaux qu’à des êtres vivants. Malorie les a élevés de telle manière que tous leurs sens, sauf la vue, soient développés au maximum. 
Par contre, on a vraiment du mal à cerner les autres personnages, à compatir sur leurs sorts. Ils sont simplement perdus. 

Les ‘créatures’ qui peuplent « Bird Box » et qui terrifient nos personnages resteront jusqu’au bout.. Méconnues. Oui, Josh MALERMAN décide de garder le mystère sur elles, laissant à chacun le loisir de les imaginer comme il les souhaite.
Malheureusement, je n’aime pas lorsque les auteurs laissent des libertés aux lecteurs. Je préfère que l’on m’impose une vision précise, plutôt que de laisser le choix à tout un chacun de se faire sa propre version.

Le final est quant à lui surprenant et légèrement décevant.
Je ne pensais pas que nos personnages arriveraient jusque là. Ce qu’ils vont trouver est une solution un peu trop facile à mon goût. Certes, nos personnages le méritaient un peu, mais cette fin va à l’encontre de tout ce désespoir que l’on trouve dans le livre.




En conclusion, « Bird Box » est un livre surprenant tant par son histoire que par sa façon de la raconter. Josh MALERMAN nous plonge dans un univers dévasté qu’il réussit à nous dépeindre parfaitement. Cependant, quelques fausses notes sont présentes dans son récit, empêchant le lecteur de pleinement profiter de la puissance de son histoire.






Un livre à lire pour ceux qui recherchent une histoire qui prend aux tripes, qui fait peur et qui surprend.









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




vendredi 20 novembre 2015

Phobos 2 ; Victor DIXEN.

Édition : Robert Laffont
          Collection R.
Prix : 17,90 €
Sortie : 18/11/2015
Pages : 496

Phobos 2,
Victor DIXEN.



Résumé.

Reprise de la chaîne Genesis dans
3 secondes...
2 secondes...
1 seconde...

Ils croyaient maîtriser leur destin.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d'avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

Elle croyait maîtriser ses sentiments. 
Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l'amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son coeur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.
Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.


Le deuxième tome haletant du thriller spatial de Victor Dixen, double lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire.

















Lorsque j'ai terminé « Phobos 1 », j'avais été complètement conquise par cette histoire. J'attendais donc la suite avec impatience, tout en espérant avoir de nouveau un coup de cœur pour ce second tome. 

Dans « Phobos 2 », nous retrouvons tout notre équipage au même moment où nous les avions laissés, dans les dernières pages de « Phobos 1 ». Un terrible choix s'offre à eux, l'heure du vote a sonné. Mais il est parfois difficile de choisir entre l'espoir et la vengeance.
Quelle décision vont prendre Leonor et ses compagnons ? Et comment cela va-t-il changer leur quotidien ?
Au même moment, Andrew continue son enquête. Il est loin de se douter qu'il va trouver des secrets bien enfouis.

J'avais donc mis la barre très haut après avoir lu le premier tome. 
C'est avec un peu d'angoisse que j'ai donc commencé ce livre, car généralement lorsque j'en attends beaucoup, j'en ressors déçue.
Mais ici, ce n'est absolument pas le cas, bien au contraire.

Victor DIXEN nous replonge dans l'histoire exactement au même moment où on avait laissé nos personnages. Pas d'ellipse temporelle, son choix est de vraiment nous faire participer à ce fameux vote qui est plus qu'important pour nos petits astronautes : c'est un choix vital. 
La tension est donc extrêmement pensante dès les premières pages. C'est intense, puissant et enivrant. J'ai rarement été projetée dans la tension si rapidement dans un second tome. 

Nous suivons l'action toujours de plusieurs points de vue différents. Nous avons celui de Leonor, celui de Serena sur Terre, celui d'Andrew dans sa quête, celui des téléspectateurs qui regardent la chaîne Genesis. Nous avons également des petits passages dans lesquelles nous suivons une terrienne, fan de la chaîne, mais aussi quelques courts moments où nous suivons uniquement les garçons participants. 
Je suis contente de retrouver cette alternance de points de vue. Certes, c'était très déstabilisant dans le tome 1 d'être ballotté d'un côté et d'un autre, mais c'est essentiel pour saisir tous les éléments de cette histoire.

Car oui, l'histoire qui nous paraissait complexe dans le premier tome, l'est encore plus dans « Phobos 2 ».
Attendez-vous à être surpris du début à la fin du livre car les révélations vont se succéder et d'autres mystères apparaissent. Victor DIXEN ne nous ménage absolument pas. 
On sent que l'histoire prend vraiment un tournant capital pour la suite et l'auteur réussit à nous mener là où il le souhaite. 

Nous retrouvons les personnages que l'on a aimés dans le précédent livre, mais aussi ceux que l'on n'a moins aimé. Certains masques tombent et les véritables caractères font surface. Parfois, on reste un peu bouche bée devant le caractère de certains.
Leonor est toujours mon personnage préféré. Elle reste égale à elle-même et ne se laisse pas embobiner ( ou presque, malheureusement ).
Que dire de Marcus ? Simplement qu'il a fait faire les montagnes russes à mon petit cœur.. 
J'ai beaucoup aimé Kelly dans ce tome. Elle est une vraie bouffée d'oxygène.

Et enfin, que dire de cette fin !
Plus j'en approchais, plus j'étais certaine que je n'allais pas apprécier ce que j'allais découvrir. J’avais élaboré plusieurs scénarios tous plus ou moins plausibles ou loufoques, mais je ne m'attendais absolument pas à cela ! Je ne sais pas qui est la plus choquée en fait : Leonor ou moi ? 

Monsieur Victor DIXEN, si vous lisez cette chronique, voici un petit message personnel pour vous. Je ne sais pas si je vous vénère ou si je vous déteste avec cette fin qui est explosive. Je ne sais pas si je l'aime ou si je la hais. Je peux tout simplement vous remercier de ne pas me laisser indifférente, d'avoir réussi à me surprendre et à me mettre dans tous mes états. Maintenant, il ne vous reste qu'une chose : écrire le troisième tome au plus vite, car c'est une question de survie !




En conclusion, « Phobos 2 » réussit à être encore meilleur que son prédécesseur, chose que je ne pensais pas possible. Victor DIXEN arrive avec brio à nous faire ressentir toute une palette d'émotions toutes aussi contradictoires les unes que les autres. Attendez-vous à ne pas lâcher ce livre dès que vous l'aurez commencé. Sensations fortes garanties.






Un livre à lire absolument et de toute urgence !




Note.

20/20



Extrait.

DOUZE. Nous sommes douze, rassemblés pour la première fois dans le Parloir, cette bulle de verre qui nous a vus défiler deux par deux au cours des cinq derniers mois : nous, les prétendants du programme Genesis, le plus grand jeu télévisé de l’Histoire – le plus cruel mensonge de tous les temps. Nous sommes douze assoiffés de gloire, convaincus qu’en nous embarquant pour Mars, nous deviendrions immortels. Nous sommes douze affamés d’amour, persuadés que tout se terminerait comme dans un conte de fées – ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, n’est-ce pas ce qu’on lit toujours à la fin des belles histoires ? "





SITE DE L'AUTEUR : Cliquez ICI.















Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...