samedi 13 janvier 2018

Fallen Crest #1 ; TIJAN.


Édition : Hugo&Cie
          Collection New Romance.
Prix : 17 €
Sortie : 11/01/2018
Pages : 480
Ebook : Oui - 9,99 

Fallen Crest #1
TIJAN.



Résumé.


La vie de Samantha s'effondre le jour où, en rentrant de cours, elle trouve sa mère en train de faire ses cartons. 

Elle a décidé de quitter son père, leur petite ville, et pire que tout ! 
Emménager chez James Kade, un mystérieux industriel millionnaire. 

C'est là qu'elle fait la connaissance de Mason et Logan. Les deux frères sont les stars de leur école, Fallen Crest High. 
Ils sont également indomptables... et terriblement sexy. 

La vie de Sam risque bien de n'être plus jamais comme avant. 
Mais peut-être que le changement est une bonne chose, après tout...

















Je remercie les éditions Hugo&Cie et la collection Hugo New Romance pour cette lecture.

Le premier tome de la série « Fallen Crest » nous plonge dans l’univers de Samantha, une jeune fille qui va voir son monde basculer un jour lorsqu’elle rentre du lycée. Elle retrouve chez elle sa mère en train de faire leurs affaires. A la grande surprise de Samantha, sa mère a décidé de quitter son père et d’emménager chez son nouvel homme : James Kade. 
Contre son gré, Samantha doit suivre sa mère et refaire sa vie dans un nouvel univers, puisque James est riche. Luxe et déboires font partis de sa vie, mais aussi de celles de ses deux fils : Mason et Logan. Tout le monde les connaît, ils sont les stars du lycée public de leur ville, le Fallen Crest High, mais aussi de leur équipe de football américain. Ils sont aussi beaux et ténébreux qu’incontrôlables et ne vont pas aider Samantha à se sentir bien à leurs côtés.

Je me suis plongée dans cette histoire avec beaucoup d’attentes, notamment à cause des statistiques de cette série : 2 millions et demi d’exemplaires vendus aux États-Unis, un succès dans plusieurs autres pays, de bonnes notes sur Amazon et GoodReads. Autant dire qu’avec ces chiffres, on s’attend à LA série de l’année.

Pour être honnête, ce n’est pas l’histoire du siècle, mais elle a le mérite d’être plutôt addictive. 
« Fallen Crest » est une sorte de nouveau Gossip Girl, une histoire mettant en scène la jeunesse dorée d’une petite ville, nous montrant leurs déboires, leurs secrets, leurs dépravations. 
Pour aller dans ce sens, tout est un peu exagéré. Ce sont des adolescents aux portes de la majorité, qui ont toujours eu ce qu’ils voulaient, ont toujours vécu dans un milieu très privilégié. Du coup, ils se pensent tout permis, que cela soit avec leurs parents, avec leurs professeurs, avec leurs camarades. 
Ce petit côté malsain, sournois, un peu surfait m’a vraiment plu. Comme une série télévisée, j’ai tourné les pages et dévoré les chapitres dans l’attente du prochain rebondissement. 

Par contre, le style d’écriture de Tijan n’aide pas forcément à nous plonger dans cette histoire. 
Les phrases sont vraiment simples et les dialogues nous perdent plus d’une fois. Il arrive fréquemment que des discussions entre plusieurs personnages apparaissent.. Sauf qu’assez souvent les répliques sont seules, sans précision sur qui parle. Du coup, on perd le fil de la discussion, son sens nous échappe et c’est assez désagréable. C’est surtout cet aspect qui m’a gêné dans ma lecture, ce petit côté « écrit rapidement », avec un peu de maladresse.
Il manquait aussi à mon goût des descriptions, notamment dans les décors. J’avais parfois du mal à situer les personnages dans l’espace, à comprendre leur environnement. Dans le fond, ce n’est pas grave puisque cela n’aide pas à la compréhension de l’histoire, mais cela empêche de vraiment s’ancrer dans l’univers de Tijan.

Les personnages de « Fallen Crest » sont jeunes, puisqu’ils vont au lycée. 
De ce fait, on retrouve beaucoup de thématiques qui sont souvent utilisées avec des personnages de cet âge, qui vont entrer dans l’âge adulte : l’indépendance, la peur de grandir, l’avenir, mais aussi l’alcool. A cause de cela, je pense que cette série ne plaira pas à tout le monde et conviendra plus aux jeunes adultes.
J’ai trouvé que ce premier tome ressemblait un peu à « D.I.M.I.L.Y » d’Estelle MASKAME, paru aux éditions Pocket Jeunesse, tant au niveau des personnages, des thématiques que de la romance.. Car oui, il y a bel et bien une romance qui va apparaître dans ce premier tome entre Samantha et Logan ou Mason. Personnellement, je n’ai pas été choquée par cet aspect-là, puisque pour moi ils ne sont pas vraiment demi-frère/demi-soeur. 

Malgré le fait que ce premier tome contient beaucoup de rebondissements, j’ai trouvé que le dernier tiers était un peu long à lire. L’auteur n’a pas réussi à tenir le rythme, à me tenir en haleine comme ce qui était le cas dans la première moitié du livre. 
Les révélations finales s’enchaînent, voulant nous choquer et nous surprendre, mais je suis restée un peu de marbre. Par contre, cela ne m’empêche pas d’avoir envie de connaître la suite de cette histoire.




En conclusion, « Fallen Crest #1 » est un premier tome rempli de rebondissements. Tijan n’attend pas longtemps avant de bousculer ses personnages, de les déstabiliser et de leur faire vivre des histoires hors du commun.
Cependant, le style d’écriture est un peu maladroit, notamment dans les dialogues, ce qui nous empêche de vraiment plonger dans cette histoire. 
L’univers ressemble aux séries américaines comme Gossip Girl ou 90210 Beverly Hills, avec sa jeunesse dorée et ses excès, séries dont Tijan a dû s’inspirer. Cet univers un peu malsain et ses personnages un peu jeunes ne plairont pas à tout le monde, c’est certain, mais on ne peut nier que les pages se tournent toutes seules, avec facilité.




Un livre à lire si vous aimez les ambiances à la Gossip Girl.











Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




mardi 9 janvier 2018

Les héritiers, tome 1 : La princesse de papier ; Erin WATT (The Royals #1).


Édition : Hugo&Cie
          Collection New Romance.
Prix : 17 €
Sortie : 04/01/2018
Pages : 420
Ebook : Oui - 9,99 

Les héritiers, tome 1 :
La princesse de papier
Erin WATT.



Résumé.

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…

Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum.
Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal. Et s’il avait raison ?

Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.
















Je remercie les éditions Hugo&Cie ainsi que la collection Hugo New Romance pour cette première lecture de l'année.

« La princesse de papier » est le premier tome de la série « Les héritiers » d’Erin WATT.
Derrière ce pseudonyme se cachent deux auteurs : Jen FREDERICK et Elle KENNEDY. Alors que la première n’est pas encore traduite en français, la seconde est connue pour ses séries addictives, comme « Off-Campus » publiée également chez Hugo.

Dans ce livre, nous allons donc suivre Ella Harper, une jeune femme qui a une vie bien dure. 
Sa mère est décédée d’un cancer, elle ne connaît pas son père et pour survivre dans ce monde et continuer ses études, elle est obligée de multiplier les petits boulots, même les plus durs comme stripteaseuse.
Jusqu’au jour où elle fait la rencontre de Callum Royal, un homme riche d’une quarantaine d’années. Celui-ci surgit dans sa vie, prétendant être son tuteur légal. Cette dernière n’a jamais entendu parler de lui et se retrouve forcée à quitter son quotidien pour le suivre.
Elle se retrouve alors à vivre sous le luxueux toit de Callum, en compagnie de ses cinq fils. Ils sont tous beaux, ils sont tous dangereux et ne sont pas prêts à accepter cette nouvelle venue. 
Reed, l’un des cinq fils, est celui qui mène la danse dans cette maison et il est plus que décidé à renvoyer Ella dans son univers misérable, là où est selon lui sa place.

Autant dire que je ne m’attendais pas à être autant emportée par cette lecture.
Dès que l’on plonge dans cet univers, on est instantanément accro à cette histoire qui est plus qu’addictive. 

Le style d’écriture d’Erin WATT est particulier. Dès le début, j’ai été un peu déstabilisée de trouver une écriture si franche, si familière. On est plongé dans les pensées d’Ella, une jeune femme qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui ne passe pas par quatre chemins quand elle veut partager ses opinions. Elle est habituée à parler dans un langage plus que courant et c’est très bien retranscrit à travers le style d’écriture. On s’y habitue vite et cela nous aide vraiment à plonger dans la tête de ce personnage.
A aucun moment j’ai ressenti de gêne ou de différence en ce qui concerne l’élaboration des chapitres. Parfois, lorsqu’un livre est écrit à quatre mains, on peut distinguer les instants écrits par l’un ou par l’autre auteur, mais ici le travail est parfaitement réalisé et on a vraiment l’impression de lire un livre écrit par une seule et même personne. 

L’histoire est vraiment sympa à lire.
Si vous aimez les récits qui se passent dans des lycées de riches, les univers luxueux avec des bad boys torturés, vous trouverez largement votre compte avec « La princesse de papier ».
Ce qui m’a vraiment plu dans cette histoire, ce n’est pas vraiment la présence de cet univers qui est du déjà-vu dans pas mal de romance, mais plutôt tous les messages qui sont explicitement ou implicitement véhiculés à travers cette histoire. Comment arrive-t-on à accepter la mort d’un être proche ? Comment un père peut-il élever ses enfants sans sa femme ? Comment des enfants arrivent-ils à grandir sans leur mère ? Jusqu’où sommes-nous prêt à aller pour aider un être cher ? 
Les beaux instants et les vilains se côtoient et cela mène à des scènes vraiment belles.

Ella est une héroïne que l’on suit avec facilité. Elle ne se laisse pas faire, ne se laisse pas embarquer dans cet univers luxueux que lui offre Callum Royal. Que cela soit avec les frères Royal ou au lycée, Ella garde la tête haute et n’a pas honte de son passé. 
Reed est le frère Royal que l’on suit le plus dans ce tome. Il est hypnotisant, charismatique, très secret et incontrôlable. Même s’il a vécu dans un milieu très privilégié, il a également subi des choses difficiles qui l’ont profondément marqué. C’est vraiment le genre de personnage masculin que j’apprécie. 
Quant aux autres frères Royal, ils sont chacun détruits par la vie et la vivent avec des vices différents. Easton m’a particulièrement touchée et j’ai vraiment hâte d’apprendre à mieux le connaître dans les tomes suivants.

Ce qui m’a également plu dans « La princesse de papier », c’est la façon dont la romance est développée. 
Alors que l’univers de cette histoire est sulfureux, on ne va pas le cacher, la romance n’a pas vraiment la place principale dans une bonne partie de ce livre. Du coup, elle se développe doucement et l’auteur laisse grimper la tension entre les personnages à tel point que cela devient insoutenable, même pour nous lecteurs. 

La fin quant à elle est intense et subite.
On ne s’attend pas à ce revirement de situation, ou presque. J’avais quelques doutes, sans pour autant vraiment vouloir y croire. Cela va tout chambouler pour nos personnages et je me demande bien ce qu’il va se passer dans le second tome, tant au niveau des actions que des secrets qui vont être révélés.




En conclusion, « Les héritiers, tome 1 : La princesse de papier » est un premier tome vraiment réussi. Erin WATT nous plonge dans son univers avec beaucoup de facilité, un univers bien plus profond que ce que le résumé peut laisser présager. C’est intense, sulfureux et incroyablement addictif. 
Jusqu’à la fin du livre, on est scotchés à la moindre page, au moindre chapitre et jusqu’au dernier mot. Je n’ai qu’une hâte : avoir le second tome entre les mains et connaître la suite !




Un livre à lire de toute urgence si vous aimez les romances contemporaines sulfureuses.











Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...