mercredi 24 mai 2017

La petite herboristerie de Montmartre ; Donatella RIZATTI.

Édition : Charleston.
Prix : 22,50 €
Sortie : 09/05/2017
Pages : 464

La petite herboristerie de Montmartre
Donatella RIZZATI.



Résumé.

Paris, novembre 2004.

Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d'une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit magique et de sa propriétaire, Gisèle, la jeune étudiante est confortée dans son choix d'étudier la médecine alternative, choix que n'a hélas pas accepté sa famille. 
Son diplôme en poche, Viola retourne à Rome et rencontre l'amour en la personne de Michel. S'ensuivent six ans de bonheur, qui volent en éclat quand Michel décède brutalement d'un arrêt cardiaque. Bouleversée, anéantie, Viola se sent basculer. 

Au plus fort de la tourmente, une idée lui traverse soudain l'esprit : et si elle retournait à Paris, là où tout a commencé ?















Je remercie les éditions Charleston pour m'avoir fait découvrir ce livre en avant-première. Mon aventure en tant que Lectrice Charleston 2017 est incroyable.

« La petite herboristerie de Montmartre » met en scène Viola, une femme italienne qui vient de perdre son mari. Désespérée et perdue, elle décide de partir à Paris retrouver Gisèle, une vieille femme qui tient une herboristerie à Montmartre. Elle l’avait rencontré par hasard lorsqu’elle faisait ses études de naturopathie en France et elle est devenue depuis sa mère de coeur.
Va-t-elle réussir à redonner un équilibre à sa vie à Paris ?

Ce livre est une belle surprise.
Je suis littéralement tombée amoureuse de l’ambiance romantique qui se dégage de ce texte. C’est une histoire remplie de sentiments et de ressentiments, de leçons de vie, de nostalgie, d’amour et de rancoeur. Donatella RIZZATI dépeint chaque sentiment avec une extrême facilité et avec beaucoup de justesse. Elle touche directement notre coeur de lecteur et j’ai été littéralement transportée dans son univers. 

L’histoire se passe entre Paris et l’Italie, même si la plus grande partie de l’histoire se passe dans notre belle capitale parisienne. Il y a beaucoup de passages dans lesquels Viola se promène de ruelles en ruelles et de parcs en places. A travers ces instants, on sent vraiment tout l’amour que l’auteur porte à Paris. Je ne sais pas si elle y a vécu ou si elle a déjà eu l’occasion de la visiter, mais dans tous les cas on sent que c’est une ville qu’elle porte dans son coeur.

Des thématiques difficiles sont abordées. La mort, la maladie, le deuil, la perte de confiance, l’abandon, l’amour, la trahison, nos personnages sont en quelque sorte des écorchés de la vie qui ont tous comme point d’ancrage Gisèle, cette bonne vieille femme qui a le coeur sur la main. 
Ce récit est également porté par des sujets plus culturels puisque la naturopathie, le reiki, l’iridologie sont mis en avant. On apprend beaucoup de choses vis-à-vis de ces sujets et j’ai trouvé que c’était très intéressant. L’iridologie est d’ailleurs le thème qui ressort le plus, car en plus d’être la science favorite du défunt mari de Viola, l’auteur met en avant dans tout son texte la vision. Beaucoup de passages clés de son histoire mettent en valeur des passages où la vue joue un rôle très important.
Enfin, à chaque chapitre décisif, on retrouve à la fin des petites fiches avec de vraies recettes de tisanes et de cosmétiques à faire soi-même, mais aussi des petits passages explicatifs sur l’iridologie et le reiki. J’ai beaucoup apprécié ces petits apartés qui nous permettent de souffler un peu dans notre lecture. Malheureusement, parfois, c’est compliqué de tout comprendre car certaines fiches sont écrites avec des termes scientifiques bien précis, sans aucune explication pour les personnes novices comme moi.

Par contre, j’ai trouvé les personnages en demi-teinte.
Tels quels, enlevés de toute scène ou action, je les trouve un peu fades et agaçants, contradictoires et souvent avec un comportement enfantin. Mais parfois, leurs imperfections donnent naissances à des scènes d’une incroyable beauté. Je retiens surtout la scène lorsque Romain cuisine pour Viola, en comparant la cuisine et la séduction. Cet instant est tout simplement magique et parfait, et même si Romain est un personnage qui m’a souvent énervée, je suis tombée amoureuse de lui à cet instant.

Quant à la fin, elle me plait bien. 
Elle est pleine de surprises ( certaines que l’on voit venir, d’autres non ), lumineuse et toute en sensibilité. Elle m’a pleinement comblée et m’a fait terminer cette lecture avec le sourire aux lèvres.




En conclusion, « La petite herboristerie de Montmartre » est un livre feel-good comme on les aime. Donatella RIZZATI nous plonge dans un Paris romantique à souhait, avec des personnages imparfaits, mais qui dépeignent la réalité telle qu’elle est : belle et douce, mais aussi cruelle.
J’ai été vraiment touchée par cette histoire de vie, par les messages véhiculés par l’auteur et même si ce n’est pas un coup de coeur, c’est une histoire qui a réussi à me faire du bien.






Un livre à lire si vous cherchez un roman feel-good pour passer un bon moment de lecture, toute en émotions.









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




dimanche 21 mai 2017

Nick and Sara, tome 2 : Rédemption ; Pauline LIBERSART.

Édition : Hachette Romans
          Collection BMR
Prix : 9,99 €
Sortie : 27/04/2017
Pages : 342

Nick and Sara, tome 2 :
Rédemption
Pauline LIBERSART.



Résumé.


Plus de trois ans se sont écoulés depuis le cauchemar que Sara-Jane Delaney a vécu avec le mystérieux Nick Volkonsky. Pour la fille du sénateur, tout cela est derrière elle, elle a refait sa vie.

Quand une vidéo de son agression au Mexique surgit de nulle part, et que son père se retrouve accusé de corruption, Sara décide d’appeler son ange à l’aide. Elle n’avait pas prévu que l’anonymat et la vie de Nick seraient menacés, qu’il serait rattrapé par ses ennemis, par son passé et ses secrets.

Alors que les événements s’accélèrent, que le danger est plus présent que jamais, Sara se refuse à perdre une nouvelle fois son ange. Elle est prête à tout pour le sauver, quitte à traverser l’enfer, une nouvelle fois…
















Je remercie Hachette Romans, BMR et Pauline LIBERSART pour m’avoir offert l’opportunité de lire ce livre.

Dans ce second et dernier tome de « Nick & Sara », nous retrouvons notre cher duo plus de trois années après les derniers évènements du premier tome. Ils ont tous les deux continué leurs vies chacun de leur côté, tout en gardant en mémoire ce qu’ils ont vécu ensemble.
Alors que Nick enchaîne les missions, Sara a repris ses études et s’est même réorientée dans le droit pour faire une carrière en relation avec les évènements tragiques qu’elle a vécus. Elle est fiancée et tout semble lui réussir, jusqu’au jour où ressurgit une vidéo d’elle lorsqu’elle était capturée par Montoya. 
Sara va alors recontacter Nick pour enquêter sur cette affaire, mais surtout pour l’épauler une nouvelle fois.

Le premier tome était une véritable bonne surprise et j’étais plus que ravie de savoir le fin mot de cette histoire. Comme le tome 1, nous avons un livre divisé en deux parties à savoir les saisons 3 et 4, chacune ayant sa propre intrigue principale même si tous les évènements se suivent et se complètent.

Dans la saison 3, nous allons donc voir comment Nick et Sara vont essayer de retrouver la trace de la mystérieuse personne qui a fait ressurgir une vidéo compromettante de Sara, entachant ainsi la campagne électorale de son père. 
De nouvelles intrigues apparaissent, touchant principalement le patriarche de la famille de Sara. 
En opposition à cette problématique, nous sommes également spectateur de l’attirance entre Nick et Sara. Ils essaient de ne pas le voir, de ne pas y prêter attention, mais les évènements qu’ils ont vécus ensemble rendent leur relation plus forte que tout. Le fait que Sara soit fiancée ajoute une tension bienvenue car nous retrouvons le Nick des débuts, celui qui est dur, froid et calculateur.

La saison 4 quant à elle se centre plus sur le personnage de Nick, sur son passé qu’il a voulu cacher à tout le monde, même à Sara. A travers une mission qui va éloigner Nick tant de Sara que de son équipe, ils vont petit-à-petit apprendre à le découvrir, à le voir d’un autre oeil.
Cette saison est touchante dans la découverte de ce personnage masculin qui nous est toujours apparu fort et sûr de lui. Ici, il nous dévoile ses faiblesses et j’ai trouvé qu’un peu d’humanité le rendait touchant.

Comme à son habitude, Pauline LIBERSART a réussi à me plonger dans son histoire avec beaucoup de facilité. Je suis toujours sous le charme de son style d’écriture : c’est toujours un plaisir de la lire. Elle sait alterner les instants d’action et les moments moins intenses de telle sorte que nous ne nous ennuyons jamais. 

Malheureusement, le côté négatif de ce tome est que parfois l’histoire va trop loin à mon sens. Plusieurs éléments me semblent surréalistes et j’ai eu du mal à y croire. Je parle notamment de la transformation de Sara entre la saison 3 et 4 : changer autant en si peu de temps ( sans compter le fait qu’elle n’était pas ‘maîtresse de son corps’ pendant quelques temps à cause d’un évènement particulier.. ). En fait, c’est plus l’accumulation d’évènements tragiques qui font que l’histoire devient finalement moins plausible.

Quant au final, j’étais contente des choix de l’auteur. 
C’était une bonne manière de clore sa série de façon aboutie et j’étais vraiment touchée par tous les sentiments qui sont véhiculés dans les derniers chapitres.




En conclusion, « Nick & Sara, tome 2 : Rédemption » est un second opus qui clôt plutôt bien cette série. Pauline LIBERSART a toujours le don de nous plonger dans son histoire, de nous rendre accro. Cependant, quelques éléments m’ont un peu dérangés parce qu’ils m’ont semblé un peu irréalistes. J’ai quand même été très satisfaite par l’ensemble de cette série, par ces personnages et son intrigue qui m’a vraiment tenue en haleine jusqu’à la fin. Découvrir Pauline LIBERSART dans un autre genre de romance a été une belle expérience que j’espère très vite renouveler avec ses prochains livres !






Un livre à lire si vous aimez les romances sombres, avec des complots, des enquêtes et du danger.









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




vendredi 19 mai 2017

Un palais d'épines et de roses ; Sarah J. MAAS.

Édition : De la martinière jeunesse
          Collection Fiction J.
Prix : 18,90 €
Sortie : 09/02/2017
Pages : 525

Un palais d'épines et de roses
Sarah J. MAAS.



Résumé.


En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l'irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n'a rien d'un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.
Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s'étendre à celui des mortels ?

A l'évidence, Feyre n'est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d'origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?

Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.
















Un grand merci à Babelio car c’est grâce à leur fameuse Masse Critique que j’ai eu l’occasion de lire ce livre. Je remercie également les éditions De la martinière jeunesse pour cet envoi.

« Un palais d’épines et de roses » est le premier tome d’une trilogie de Sarah J. MAAS. 
Nous faisons la connaissance de Feyre, une jeune femme vivant dans la misère avec son père et ses deux soeurs. Devant chasser toute la journée pour avoir de quoi nourrir sa famille, la jeune femme commet un jour l’erreur de tuer un Fae, un immortel. 
Car son monde n’est pas comme le nôtre : divisé en deux parties par un mur, il sépare les humains des immortels. Les uns ne doivent pas pénétrer dans le royaume des autres. C’est l’une des nombreuses autres règles qui ont été éditées au moment du Pacte pour que toutes les espèces puissent cohabiter.
Seulement, en tuant un Fae, Feyre se doit de payer sa dette en devenant la prisonnière de Tamlin, un Grand Fae. S’attendant au pire, la jeune femme est plus que surprise lorsqu’elle se rend compte qu’elle ne vivra pas dans une prison ou dans des cachots, mais plutôt dans un château digne des plus beaux contes de fées. Pire : tout le monde la traite comme une invitée. 
Ne comprenant plus ce qu’elle fait en ces lieux, Feyre va se rendre vite compte que de lourds secrets se cachent entre ces murs. Pourquoi Tamlin et les autres habitants portent-ils tous un masque ? Pourquoi la traitent-ils ainsi ?

C’est un livre qui a fait beaucoup parlé de lui sur la blogosphère. J’en ai lu des avis positifs à son égard et j’avais un peu peur de me lancer dans cette histoire, peur de ne pas aimer comme les autres, de passer à côté de ce récit, de m’ennuyer.
Ce fût tout le contraire !

Dès les premières lignes, nous sommes immédiatement plongé dans l’univers de Feyre. Son quotidien est difficile, froid et sans sentiment car pour elle chaque nouvelle journée est passée à survivre. On apprend petit-à-petit les bases de son univers qui est bien évidemment surréaliste et a donc ses propres règles.
En opposition au ‘monde des humains’, nous avons celui des Fae, les immortels. Plus grand, plus riche, merveilleusement fantastique, il contraste de manière évidente avec l’univers dans lequel Feyre a évolué. Tout est beau, riche en couleur et en vie, mais aussi en danger. Chaque nouvelle découverte était une surprise, un émerveillement, une frayeur. Je ressentais absolument toutes les émotions par lesquelles passait Feyre en découvrant ce nouveau monde et cela faisait bien longtemps que je n’avais pas été aussi impliquée dans un roman fantasy. 

Alors oui, « Un palais d’épines et de roses » est une réécriture de « La belle et la bête ». Avant de commencer ma lecture, je ne le savais pas et pourtant les références n’ont cessé de me sauter aux yeux, si bien que j’ai très vite compris où l’auteur a voulu en venir.
Un charmant jeune homme qui peut se transformer en un énorme loup et qui est sous le joug d’une malédiction qui l’empêche d’ôter le masque qu’il portait lors d’un bal. Il vit dans un château magnifique qui inclut un beau jardin de roses que son père avait offert à sa mère pour lui rappeler son amour. Je pourrais continuer encore et encore, mais je vous laisse le soin de découvrir les références lors de votre lecture.
Cependant, même si Sarah J. MAAS a voulu reprendre les éléments classiques de ce conte, elle a également pris un grand virage par rapport à l’histoire originale. Ici, le récit devient vite sombre et mystérieux. L’histoire contient énormément de secrets et plus on avance dans le récit, plus on se rend compte de la complexité et de la noirceur de cette intrigue. Les personnages qui campent les rôles des méchants sont vraiment sombres et toute cette horreur est parfaitement dépeinte à travers les yeux d’humains de Feyre.

Sarah J. MAAS a une plume addictive qui arrive à décrire avec beaucoup de facilité cet univers qui nous est étranger. Pas un seul instant on se sent perdu dans son monde, les descriptions réussissent à être toujours parfaitement dosées de sorte qu’elles ne soient ni trop imposantes, ni trop peu existantes. 

La relation entre Feyre et Tamlin est vraiment intéressante à suivre. Dès les premiers instants, Feyre se conduit comme une véritable sauvage avec ce Fae qui l’a enlevé de sa famille. De son côté, Tamlin s’efforce à être cordial et poli. On sent que tous les deux ne supportent pas cette situation, mais qu’ils doivent faire avec. Entre les deux, nous avons Lucien, un Fae qui accompagne toujours Tamlin et qui joue les entremetteurs. Nous suivons donc avec beaucoup d’amusement les échanges entre ces trois personnages et j’ai pris énormément de plaisir à les suivre. 
L’évolution de la relation entre Feyre et Tamlin est menée de manière subtile et délicate. Ils passent par beaucoup d’étapes avant d’arriver à un semblant d’intrigue amoureuse et j’ai particulièrement été touchée par le fait qu’ils soient avant tout respectueux des valeurs que chacun véhicule. Malgré son apparence, cette histoire est terriblement romantique et regorge de petits instants de tendresse et de beauté.

Il y a également beaucoup d’autres personnages qui gravitent autour, tous avec une présence plus ou moins importante. Ils ne sont pas tous gentils, loin de là, et certains profitent clairement de certaines situations pour intriguer de leur côté, comme Rhysand. 
Ils ont chacun leurs histoires, leurs passés et leurs propres combats à mener et toute cette complexité rend l’univers encore plus fourni.

La fin est quant à elle vraiment surprenante.
Je ne pensais pas que la deuxième moitié du livre serait si palpitante et si riche en action. L’intrigue du récit avance beaucoup et de façon soudaine, nous rendant vraiment très accro à la dernière partie du livre. On a du mal à se détacher de l’histoire et l’on y revient très vite quand on doit laisser le livre de côté. Chaque chapitre à son importance et fourmille d’éléments qui nous aident à comprendre la fin, mais aussi d’autres qui présagent de nouvelles problématiques qui seront abordés dans les prochains tomes.
J’avoue, j’ai un petit pincement au coeur depuis que j’ai refermé ce livre. C’est vraiment une histoire qui me restera en tête et dont j’ai hâte de connaître la suite.




En conclusion, « Un palais d’épines et de roses » est une revisite vraiment plaisante, fantasy et sombre du conte de « La belle et la bête ». Sarah J. MAAS nous plonge dans son univers, nous rend dépendant de son histoire et nous fait ressentir une myriade d’émotions qui nous font passer des rires aux larmes. L’intrigue amoureuse dans ce livre est très présente, mais j’ai vraiment apprécié les différentes étapes par lesquelles vont passer les personnages, rendant leur relation plus légitime et plus mature que ce que l’histoire pouvait laisser présager.
Alors oui, même s’il y a quelques petits défauts, que l’auteur choisit parfois la facilité pour arriver à ses fins, je ressors de cette histoire véritablement conquise. Que l’attente va être longue avant d’avoir le second tome entre mes mains ! Un beau coup de coeur !





Un livre à lire absolument si vous aimez les univers fantasy, les romances et « La belle et la bête ».









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...