mardi 28 mars 2017

Top Ten Tuesday #10




                                         

( Source de l'image : http://frogzine.weebly.com )
Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur mon blogue Frogzine.


Le thème de cette semaine est " Les 10 romans que vous avez lus durant la première année de vie de votre blog ".
Pour ce TAG, j'ai décidé de prendre les dix livres que j'ai chroniqué au tout début de mon aventure sur la blogosphère littéraire. Pour cela, je suis retournée sur mon ancien blog, créé en 2012.
Il y a beaucoup de genres différents dans ces 10 premières chronique, pas toujours des coups de coeur, mais aussi de belles surprises !
Je vous laisse découvrir mes réponses.


                                                 

                                                      

            
          


- " Acide sulfurique " Amélie NOTHOMB.
Vint le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus : il leur en fallut le spectacle.
A.N.

- " 80 notes de jaune " de Vina JACKSON.
Prisonnière d'une relation en demi-teinte, Summer, violoniste passionnée, trouve refuge dans la musique. Elle passe ses après-midi à interpréter Vivaldi dans le métro londonien. Quand son instrument est détruit, elle reçoit un message d'un admirateur secret. Dominik, séduisant professeur d'université, se propose de lui offrir un violon en échange d'un concert... très privé. 
Dominik et Summer se jettent alors à corps perdu dans une liaison sulfureuse aussi imprévisible qu'excitante. La jolie violoniste laisse libre cours à des pulsions interdites et s'abandonne enfin à la passion, mais elle va découvrir qu'il n'y a pas de plaisir sans souffrance...


                                                   

    
              
          


- " Never Sky " de Veronica ROSSI.
Les mondes les ont tenus séparés.
Le destin les a réunis.
Aria a vécu toute sa vie dans le dôme de protection de la Contemplation. Son monde entier a été confiné à ces lieux, elle n'a jamais pensé à rêver de ce qui se trouve au-delà de ces portes. Alors, quand sa mère disparait, Aria sait que ses chances de survivre dans ce désert à l'extérieur assez longtemps pour la retrouver sont minces. Aria rencontre ensuite un étranger nommé Perry qui est aussi à la recherche de quelqu'un. C'est aussi un sauvage mais il pourrait être son meilleur espoir de rester en vie. S'ils peuvent survivre, ils sont le meilleur espoir de l'un l'autre pour trouver des réponses.

- " La sélection, tome 1 " de Kiera CASS.
35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie. 
Quand la dystopie rencontre le conte de fées ! 
Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles...
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?




                                                           
         

    

- " La maison de la nuit, tome 1 : Marquée " de P.C KAST et Kristin CAST.
Entrez dans la Maison de la Nuit à vos risques et périls.
Dans un monde qui pourrait être le nôtre vit Zoey Redbird, une adolescente presque comme les autres...
Un soir après les cours, un jeune homme inquiétant s'approche d'elle. Soudain, il la désigne du doigt et lui dit : "Zoey, ta mort sera ta renaissance, ton destin t'attend à la Maison de la Nuit". a ces mots, une marque mystérieuse apparaît sur son front. Zoey est terrifiée mais - elle le sait - elle doit intégrer le pensionnat où sont formés les futurs vampires, pour y réussir sa Transformation ou... mourir.

- " Sexe, diamants et plus si affinités... " de Lauren WEISBEGER.
Emmy, Leight et Adriana: trois amies new-yorkaises, belles, sexy et au fait de toutes les tendances, tous les lieux branchés. Lors d'une soirée un peu (trop) arrosée, elles font un pacte qui va bouleverser leur existences respectives: elles ont un an pour changer de vie. Adriana qui collectionnait les amants devra se "caser", Emmy la réservée tâchera de papillonner et Leigh tentera d'améliorer sa vie qui semble déjà parfaite...Relèveront-elles le défi ?



                                                 
           
          
          


- " Sans orgueil ni préjugé " de Cassandra O'DONNELL.
Le mariage ? Morgana Charbrey ne veut pas en entendre parler ! Elle préfère son indépendance et les sciences, passion qu’elle dissimule derrière une prétendue maladie, loin des regards courroucés de la bonne société.
Lorsqu’elle apprend que le manuscrit de sa sœur a été refusé par un éditeur méprisant l’intellect féminin, Morgana décide d’aller confronter ce personnage cynique et détestable.
Si ce dernier pense pouvoir confondre la demoiselle à coups de reparties cinglantes et de sourires enjôleurs, il ne sait pas encore à qui il a affaire…

- " Le juge d'Egypte, l'intégrale " de Christian JACQ.
Sur le plateau de Guizeh, sous l'ail sévère du Sphinx, cinq ombres pénètrent dans le passage secret qui mène à la Grande Pyramide. Là se trouve le testament des dieux, symbole de la légitimité de Pharaon. En le dérobant, les conspirateurs font à l'Egypte et à Ramsès II la promesse du chaos... Chargé de l'enquête, le juge Pazair va devoir investir toute sa hargne, son idéalisme et son intégrité contre des adversaires nombreux et hauts placés. Bientôt, les sept plaies d'Egypte semblent s'abattre sur ce dernier des justes...




          
          
          


- " Orgueil et préjugés " de Jane AUSTEN.
Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu'il n'y a en fait qu'un héros qui est l'héroïne, et que c'est par elle, en elle et pour elle que tout se passe.

- " La vague " de Todd STRASSER.
Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1970.
Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d'histoire, crée un mouvement, la Vague, aux slogans fort : "La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l'Action". En l'espace de quelques jours, le paisible lycée californien se transfgorme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur livre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage.
Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?
              
                                   





Qu'en pensez-vous ? Avez-vous lu l'un de ses livres ?
Faites-vous également le Top Ten Tuesday ?

N'hésitez pas à réagir, on est là pour discuter et ça sera avec plaisir que j'échangerai avec vous :)

lundi 27 mars 2017

La plage de la mariée ; Clarisse SABARD.

Édition : Charleston.
Prix : 19 €
Sortie : 09/03/2017
Pages : 448

La plage de la mariée
Clarisse SABARD.



Résumé.

2015, Nice.

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d'avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu'elle lui a menti depuis toujours : l'homme qui l'a élevée n'est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ».

Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toute ces années.















Avant de commencer, je remercie une nouvelle fois les éditions Charleston pour cette lecture en tant que Lectrice Charleston 2017 !

Je n’avais pas encore lu de livre de Clarisse SABARD avant celui-ci.
Pourtant lauréate du « Prix du Livre Romantique » en 2016 avec son titre « Les Lettres de Rose », elle a rencontré un franc succès et a su charmer bon nombre de lecteurs.

Dans « La plage de la mariée », nous retrouvons une trentenaire niçoise, Zoé, qui voit son quotidien basculer lorsque ses deux parents meurent dans un accident de la route. Juste avant de s’éteindre, sa mère lui avoue que son père n’est pas son vrai père et parle d’une certaine ‘plage de la mariée’.
Complètement seule et perdue, elle décide de partir à la recherche de ses origines. Son chemin va la mener à Saoz, en Bretagne, là où se trouve la fameuse ‘plage de la mariée’. 
Là-bas, elle va y faire la rencontre de vieilles femmes énergiques, d’adolescents aux caractères bien trempés, d’un couple gay plus qu’adorable et d’un homme aux yeux bleus hypnotiques. 
Ils seront tous là pour la soutenir et l’aider à retrouver son père et à affronter les révélations concernant sa famille pour qu’elle puisse enfin vivre.

Dès le prologue, Clarisse SABARD a réussi à captiver mon attention.
Mélange de légende, de mystère et de réel, j’ai complètement été happée par cette intrigue qui me laissait dans l’inconnu et me faisait imaginer mille scénarios possibles et impossibles. 
Y a-t-il vraiment un fantôme qui hante la plage de la mariée ? Vous ne connaitrez la réponse que dans les dernières pages.

La plume de l’auteur est une véritable découverte. Je ne m’attendais pas à trouver un style aussi frais, aussi juste, qui nous fait ressentir un tas d’émotions. C’est une vraie surprise et rien que pour cela, j’ai déjà envie de me plonger dans les anciens et futurs livres de Clarisse SABARD.

L’histoire nous apparaît de prime abord douce et tendre. Nous sommes plongés dans un univers qui sent bon l’iode, nous entendons presque les vagues s’échouer et nous avons l’impression de sentir le vent fouetter notre visage. Les paysages sont dépeints avec une justesse saisissante et nous vivons vraiment l’histoire. Il y a aussi l’univers sucré de ‘La Cupcakerie’, petit salon dans lequel notre héroïne va travailler et s’épanouir. Véritable cocon pour elle, nous savourons chaque instant dans ce lieu magique.
La petite romance présente dans ce récit aide beaucoup à conserver ce côté acidulé de l’histoire. J’ai adoré suivre Zoé et son prétendant, même si les réactions de l’héroïne sont parfois un peu démesurées et nous donne qu’une envie : la secouer dans tous les sens !

D’un autre côté, l’intrigue nous semble au fur et à mesure des pages plus sombre. Alors que Zoé questionne chaque habitant ayant connu sa mère, elle se rend compte que l’identité de son père cache bien plus de secrets que ce qu’elle croyait. Nous découvrons alors avec appréhension et horreur les non-dits.

Les personnes ont réussi à me charmer, tous à leur manière.
Zoé est l’héroïne parfaite pour cette histoire. Elle est d’un côté forte, rentre-dedans et n’a peur de rien, mais de l’autre côté nous découvrons une héroïne douce, sensible, hésitante et perdue. Elle nous fait sourire, compatir, pleurer. J’ai adoré chaque instant à ses côtés.
Ses meilleurs amis ne sont pas en restes et sont de vrais piliers pour elle.
A Saoz, nous faisons la connaissance de personnages hauts en couleur. Alice, la patronne au tempérament de feu de la Cupcakerie, le duo Gaël/Capucine qui n’ont pas leurs langues dans la poche, le ténébreux et charmant Nicolas. 
Je pourrai continuer à les énumérer et raconter pendant des heures les qualités de ces personnages. C’est vraiment rare que tous les personnages m’aient plu, que chacun soit correctement développé et trouve une place, une vraie, dans l’intrigue d’un livre. Ici, c’est le cas et je ne peux que m’incliner face à cela.

La fin est quant à elle vraiment surprenante.
Toutes les grandes révélations apparaissent dans les derniers chapitres, comme un feu d’artifice qui clôt cette histoire. Un peu comme Zoé, nous savons ce que nous allons découvrir, mais nous ne voulons pas vraiment y croire. Tant que la vérité n’est pas révélée, nous essayons de nous voiler la face. J’ai vraiment eu l’impression d’être à la place de Zoé et je n’avais pas ressenti cela depuis très longtemps.




En conclusion, « La plage de la mariée » est un véritable coup de coeur. Clarisse SABARD nous fait ressentir une palette d’émotions toutes plus intenses les unes que les autres. Alors que nous pensons nous plonger dans une histoire simple et légère, nous découvrons au fur et à mesure des pages toute la complexité de son récit. Des thèmes sombres côtoient des thématiques lumineuses et l’auteur arrive à un parfait équilibre entre les deux. 
Cette histoire résume tout ce que représente les éditions Charleston et tout ce que j'aime chez eux.






Le livre feel-good par excellence.









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




jeudi 23 mars 2017

Elements, tome 2 : The Fire ; Brittainy C. CHERRY.

Édition : Hugo Roman
          Collection New Romance.
Prix : 17 €
Sortie : 09/03/2017
Pages : 436

Elements, tome 2 :
The Fire
Brittainy C. CHERRY.



Résumé.


Deux amis que tout oppose en apparence, mais qui au fond se ressemblent, brisés par des relations familiales difficiles, tombent amoureux jusqu’à devenir une drogue l’un pour l’autre. Elle a toujours été la femme de sa vie, et lui pour elle, son plus douloureux échec. Parviendront–ils à vivre l’un sans l’autre ?

Il était une fois Logan, et je l’aimais. Tout nous opposait, mais nous étions plus proches l’un de l’autre, que quiconque ne pourra jamais l’être. Il faisait partie de mon être, de toutes les manières possibles, nos vies étaient jumelles au point de ne former qu’une seule et même flamme qui se consumait. Jusqu’au jour où je l’ai perdu.

Il était une fois un garçon, et je l’aimais. Et le temps de quelques soupirs, de quelques murmures, de quelques instants, je crois qu’il m’a aimée, aussi.
















Je remercie les éditions Hugo&Cie pour l'envoi de ce service-presse.

J’avais adoré le premier tome de cette série, « The Elements » : « The Air he breathes ». C’était intense et bouleversant, beau et horrible à la fois. 
Comme la plupart des lecteurs, je n’avais qu’une hâte : lire ce second tome.

Dans « The Fire », l’auteur nous présente un nouveau couple. Alyssa est une adolescente de bonne famille qui va faire la rencontre de Logan. Ce dernier est tout le contraire d’Alyssa : il vit dans la misère, se drogue et n’est qu’ombre et colère.
Une amitié inattendue va naître entre les deux adolescents, se transformant petit-à-petit en amour. Ils osent s’avouer leurs sentiments que plusieurs années plus tard, à l’aube de leur entrée dans le monde adulte. C’est une passion qui brûle tout, quelque chose de beau et d’interdit à la fois tant leurs mondes sont différents.
Malheureusement, un évènement va faire voler en éclat ce fragile équilibre et va changer leur relation à tout jamais. Logan part loin d’Alyssa et ne la revoit plus pendant plus de cinq années.
Comment vont se passer leurs retrouvailles ? Arriveront-ils à se pardonner ?

Le résumé nous laisser entrevoir un univers sombre, encore plus que dans « The Air », et c’est le cas. 
Brittainy C. CHERRY nous confronte à la misère et à l’univers de la drogue. C’est particulier et incroyablement déstabilisant. Cela mène à des scènes difficilement lisibles tellement la noirceur et la cruauté sont dépeintes avec réalisme. On ressent de la gêne, de l’effroi, face aux épreuves qu’a subit Logan. 
Heureusement, à côté de cette facette sombre, Alyssa est la lumière. Elle est le soleil de cette histoire, avec le pardon facile et le coeur sur la main. Cependant, son univers si parfait aux yeux de Logan ne l’est pas vraiment. Elle aussi a une famille difficile, avec ses défauts, et c’est ce qui va rapprocher les deux personnages.

Le récit alterne entre les points de vue de Logan et d’Alyssa, ce qui nous aide à mieux comprendre les décisions de ces deux personnages. Ils ont beaucoup de sentiments, même lorsqu’ils pensent le contraire, mais ne veulent pas s’ouvrir à l’autre. Cela mène à des situations compliquées, parfois difficilement acceptables car l’on ne comprend pas pourquoi ils décident de s’éloigner l’un de l’autre et cela en devient frustrant ! 

Logan est d’ailleurs le champion du « suis-moi, je te fuis ». D’apparence forte, il est finalement tout le contraire. Il est emplit de peur et cela le bloque. On a souvent envie de lui tirer les cheveux ou de lui crier dessus pour qu’il ouvre les yeux, tellement que d’attachant il en finit agaçant.
Alyssa est quant à elle touchante, mais son attachement pour Logan est parfois hors-norme. 

Le livre est divisé en deux parties.
La première avant que ce fameux événement n’arrive, se passe lorsqu’ils sont encore adolescents. J’ai apprécié ces premiers moments avec ces personnages, des instants empreints de noirceur, mais aussi de douceur et d’innocence.
La seconde partie se passe cinq ans après la première et ils sont désormais tous deux adultes. Ils ont chacun continué à vivre, même s’ils n’ont pas vraiment ‘avancés’. Cette partie, plus longue que la première, m’a moins plu. Autant on peut comprendre la maladresse de Logan et d’Alyssa lorsqu’ils sont encore adolescents, autant ce n’est plus excusable une fois l’âge adulte atteint. J’ai eu du mal à comprendre le comportement de Logan qui enchaîne les erreurs et continue à être buté, mais je n’ai également pas compris qu’Alyssa soit si passive, si compréhensive.

La fin est un peu facile à mon goût. 
Les choses s’enchaînent avec un peu trop d’aisance et l’on a du mal à accepter que tout se mette en place si rapidement.




En conclusion, « The Fire » est un second tome moins satisfaisant que son prédécesseur. Brittainy C. CHERRY avait pourtant tous les ingrédients pour en faire une histoire grandiose. Malheureusement, ses personnages principaux sont moins attachants que dans « The Air » et l’on a parfois du mal à comprendre leur relation ainsi que leurs décisions. Malgré cela, sa plume et son univers restent terriblement addictifs et prenants.






Un livre à lire pour l’univers particulier de l’auteur, empli d’émotions.









Avez-vous lu ce livre ? 

Votre avis m'intéresse donc n'hésitez pas à poster un petit commentaire.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...